C'est officiel - Le sucre est votre ennemi et celui de votre cheval !

C'est officiel - Le sucre est votre ennemi et celui de votre cheval !

Texte : Professor Meriel Moore-Colyer.

Même si « un peu de ce que vous aimez » peut vous faire du bien, le problème est que très peu d'entre nous ne mangent que « un peu ». Parce qu'il y a maintenant tellement de sucre caché dans tous les aliments qu'au lieu de manger environ 10kg par an (chiffre d'avant la Première Guerre mondiale), nous mangeons maintenant plus que notre propre poids corporel en sucre chaque année !

Malheureusement, il en est de même pour le cheval. Les nouvelles herbes productives, les mélanges gros et les fourrages contiennent tous plus de sucre, connu sous le nom de glucides hydrosolubles (water soluble carbohydrates ou WSC en anglais), qu'auparavant ; les chevaux mangent donc beaucoup plus qu'ils n'en ont besoin.

Cela a entraîné une incidence accrue de troubles métaboliques liés à l'alimentation tels que la résistance à l'insuline, le syndrome métabolique et la fourbure.

Les animaux qui sont prédisposés à l'une ou l'autre de celles-ci, ou qui prennent facilement du poids, devraient recevoir un régime à teneur réduite en sucre. Il s'agit de trouver des pâturages permanents qui contiennent des graminées riches en fibres et à faible teneur en sucre, comme le Common Bent, Yorkshire Fog, Cocksfoot et Meadow Grass, de supprimer des aliments concentrés et de donner du fourrage à faible teneur en sucre et en fibres.

Bien qu'il soit possible d'éliminer les concentrés et de limiter l'accès aux pâturages, il n'est pas toujours possible de trouver du fourrage hygiéniquement propre et pauvre en sucre. Les foins du Royaume-Uni varient généralement entre 100 et 310 g WSC/kg DM. Limiter le fourrage n'est pas une option car empêcher le comportement alimentaire naturel des chevaux peut entraîner des ulcères gastriques et des comportements stéréotypés. Ainsi, la seule option est de trouver du fourrage qui contient <100 g WSC/kg DM ou de le traiter pour en réduire la teneur en sucre.

De nombreux propriétaires mouillent leur foin pendant de longues périodes, souvent pendant 12 heures ou plus, et bien que cela diminue les WSC, ce n'est pas un processus uniforme. Les pertes peuvent varier de 9 à 54 % après avoir mouillé pendant 16 heures, et ces pertes ne sont pas liées aux espèces de graminées ou à la teneur en WSC.

Il n'est donc pas possible de prédire la quantité de sucre perdue par le foin lors du trempage. De plus, la liquide post-trempage est un polluant important (la demande biologique en oxygène (DBO) est neuf fois supérieure à celle des eaux d'égout brutes (Warr et Petch 1992) et ne doit donc pas être versée dans les égouts pluviaux.

Plus inquiétant encore est le travail récent qui a montré que mouiller son foin augmente la teneur bactérienne (Moore-Colyer et al 2015, Wyss et Pradervand, 2016. Cela compromet la qualité hygiénique du fourrage et pourrait élever la concentration bactérienne au-dessus de la limite supérieure de sécurité de 20 µg/g, ce qui pourrait entraîner des coliques et des réactions immunitaires fortes indésirables chez les chevaux.

De plus, le foin mouillé n'est pas toujours appétissant, ce qui fait que les chevaux peuvent avoir de la difficulté à manger du foin mouillé.

L'étuvage du foin provoque également une baisse du contenu en WSC. Une étude qui a mesuré la WSC dans 30 foins différents du Royaume-Uni a montré une perte réelle moyenne de 2,3 % et une perte proportionnelle de 18 %, mais, comme pour le mouillage, les pertes étaient très variables (2 à 54 %) et ne pouvaient être prévues sur la base des espèces de graminées ou du contenu en WSC (Moore-Colyer et al 2015).

Cependant, le principal avantage de la vapeur par rapport au trempage est qu'elle tue les bactéries et les moisissures dans le foin, produisant du fourrage hygiéniquement propre pour votre cheval.

La meilleure option est de trouver un foin qui est riche en fibres, de le purifier à la vapeur et d'envoyer un échantillon à un laboratoire pour des analyses WSC. Vous pouvez alors voir si la purification à la vapeur de votre foin le rend non seulement hygiéniquement propre mais aussi approprié (<100g WSC/kg DM, soit l'équivalent de <10%) pour nourrir un cheval sujet aux EMS / fourbure.

S'il n'est pas possible de trouver un foin riche en fibres avec une teneur relativement faible en WSC, les dernières recherches publiées suggèrent qu'une combinaison de trempage et de purification à la vapeur est la meilleure option. Moore-Colyer et al. 2014 recommande de mouiller son foin pendant 9 heures suivi d'étuver pendant 50 minutes pour réduire les WSC.

Découvrez les avantages des purificateurs à vapeur

Références :

Moore-Colyer MJS, Lumbis K, Longland AC, Harris PA. (2014). The effect of five different wetting treatments on the water soluble carbohydrate content and microbial concentration in hay for horses. Plos One. 

Moore-Colyer, M.J.S. Taylor, J. and James, R (2015). The effect of steaming and soaking on the respirable particle, bacteria, mould and nutrient content in hay for horses. Journal of Equine Veterinary Science. Aug 2015 

Warr, E., and Petch, J (1992) Effects of soaking hay on its nutritional quality. Equine Veterinary Education 5: 169-171

Wyss, U. and Pradervand, N. (2016) Steaming or Soaking. Agroscope Science. Nr 32 p32-33

Related Articles