Accueil / News and Events / Retour à l'essentiel
Retour à l'essentiel

Retour à l'essentiel

Écrit par : Stephanie Davis

C'est devenu un de mes thèmes récurrents de souligner l'importance d'être proactif quand il s'agit des soins des chevaux. Dans mon cabinet, nous discutons souvent du fait que les effets collectifs de nos entraînements quotidiens sont plus exigeants sur le corps du cheval que les compétitions elles-mêmes. Dans cette optique, que pouvons-nous faire de façon proactive et constante pour nous assurer que nos chevaux restent en bonne santé et qu'ils donnent le meilleur d'eux-mêmes ?

Quand il s'agit de la gestion des chevaux de sport, les propriétaires ont tendance à penser à la santé des articulations avant toute autre chose. La gestion des articulations et la santé ont fait l'objet de recherches approfondies chez les chevaux. En effet, les maladies articulaires sont l'une des affections les plus courantes qui limitent la capacité d'un cheval à performer. De ce point de vue, il est donc compréhensible que les soins des articulations soient un sujet d'intérêt si important pour les propriétaires de chevaux. Basé sur la recherche (voir les liens ci-dessous pour un article récent et la littérature), il est devenu largement accepté qu'un cheval de sport devrait avoir une sorte de programme d'entretien et de santé des articulations. Ces programmes consistent souvent en des soins articulaires mensuels, hebdomadaires ou même quotidiens.  

Cette même philosophie doit également s'appliquer à la nutrition de notre cheval.  Chaque jour où nous donnons du foin, des granulés et/ou des compléments, nous influençons le corps de notre cheval. Le but d'une bonne alimentation est de maximiser leur condition physique, leur niveau d'énergie et leur performance. Malheureusement, la nutrition équine peut être difficile à comprendre. Il existe une infinité d'aliments et de suppléments sur le marché qui rendent difficile pour les propriétaires de chevaux de décider ce qui est le mieux pour leurs chevaux. Je pense donc qu'il est important de simplifier et de revoir les principes fondamentaux de l'alimentation des chevaux.

Pour commencer du début, le cheval a besoin du fourrage et de l'eau. Aussi compliqué que puisse être la nutrition, les principes de base sont vraiment aussi simples que cela. Les chevaux sont conçus pour consommer environ 2% (10 à 13 kg) de leur poids corporel en fourrage (herbe et foin) au cours d'une journée. On ne peut trop insister sur le fait que l'herbe et le foin que votre cheval consomme constituent la partie la plus importante de son alimentation.

Une fois que les besoins en fourrage de votre cheval sont satisfaits, le reste de la gestion du régime alimentaire du cheval peut être construit à partir de là.  En raison du processus de récolte et d'entreposage, le foin contiendra de la poussière et des spores de moisissure indésirables. De plus, une fois récoltées, les vitamines (en particulier les vitamines A et E) du foin se dégradent. Alors, que pouvons-nous faire au sujet de la poussière, la moisissure et la perte de vitamines ?  Le processus d’étuver le foin élimine la poussière, les allergènes et les spores de moisissure. Ainsi, le foin purifié à la vapeur est le moyen idéal pour gérer les particules indésirables dedans. De plus, des recherches ont montré que les chevaux préfèrent aussi manger du foin ainsi purifié, plutôt que du foin trempé ou sec. Non seulement le foin sera propre et sain, mais le cheval sera plus susceptible de consommer plus de foin purifié à la vapeur que de foin sec. Cela peut être extrêmement important lorsque vous commencez à parler de réalimentation de chevaux maigres ou de réhabilitation nutritionnelle d'un pur-sang qui n’a pas couru depuis un moment.


En ce qui concerne des vitamines perdues pendant la fenaison, j'ai une petite mise en garde concernant ma déclaration que les chevaux n'ont besoin que de fourrage et d'eau. Si la quantité de fourrage frais est très faible (peu de temps en dehors pour le cheval), le foin peut avoir un manque de vitamines et minéraux nécessaires. Ainsi, pour ces chevaux, un « équilibreur de ration » supplémentaire serait nécessaire pour que le cheval ait une alimentation complète. De nombreuses entreprises du secteur de l'alimentation animale sont maintenant conscientes qu'il peut y avoir une carence en vitamines chez les chevaux qui consomment plus de foin que d'herbe fraîche et créent d'excellents produits qui peuvent résoudre ce problème. La plupart des chevaux (quelle que soit leur discipline) qui n'ont pas de longues périodes en dehors, ou qui vivent dans une région où il y a peu d'herbe, devraient être sur un équilibreur de rationnement. Tous les autres besoins caloriques autres que le foin purifié à la vapeur et l'équilibreur de ration seraient ajoutés sous forme de concentré.

 

Le message le plus important à retenir est que l'eau, l'herbe fraîche, le foin propre et un équilibreur de ration sont les piliers de l'alimentation d'un cheval. Tout ce qui est ajouté à l'alimentation au-delà de ceux-ci devrait être basé sur l'âge, la race, la discipline, l’endroit géographique ou l'état pathologique du cheval. Peu importe le programme, c'est toujours une bonne idée de revenir à l'essentiel et de réévaluer votre régime alimentaire pour donner à vos chevaux l'occasion de donner le meilleur d'eux-mêmes.

 

Related Articles