Accueil / News and Events / Vous sentez la chaleur ?
Vous sentez la chaleur ?

Vous sentez la chaleur ?

La zone thermo-neutre d'un animal (ou d'un être humain) est la plage de température ambiante dans laquelle il n'a pas besoin de dépenser beaucoup d'énergie supplémentaire pour réguler sa température corporelle. La zone thermo-neutre du cheval se situe entre -3°C et 18°C, bien que cela puisse varier légèrement selon la race et la condition. Ce que cela signifie, cependant, c'est que les chevaux sont habitués aux climats froids et qu'ils s'en sortent mieux dans les zones tempérées du monde. 

Lorsque la température dépasse de 5°C au-dessus de la limite supérieure, les chevaux commencent à ralentir légèrement pour éviter la surchauffe, ils deviennent plus actifs la nuit quand il fait plus frais et cherchent de l'ombre quand c'est possible pendant la journée. Il se peut que notre gestion ne le permette pas en tout temps. 

Si vos chevaux rentrent dans un paddock sous un soleil de plomb, vous devez leur fournir de l'ombre, soit avec des arbres, soit en les abritant dans des abris « aérés ». Les chevaux peuvent également souffrir de coups de soleil sur les zones du corps à faible couverture de poils, en particulier ceux à peau rose. En protégeant les chevaux contre les piqûres d'insectes avec des couvertures, on évitera un certain refroidissement par rayonnement et par évaporation, bien qu'une certaine conduction de la chaleur de la peau au tapis puisse se produire. Demandez-vous si mon cheval a vraiment besoin d'être couvert jusqu'aux oreilles pendant l'été. Dans le passé, les chevaux se débrouillaient sans cela.

Si vous ne pouvez pas fournir un abri ou de l'ombre, pensez à garder vos chevaux à l'intérieur, pendant la journée et les sortez la nuit. Méfiez-vous - la période la plus active pour les piqûres d'insectes est le crépuscule et l'aube, alors peut-être qu'en faisant venir des chevaux pendant cette période, vous leur éviterez la pire irritation des insectes.
Les abris et les écuries doivent être conçus pour une bonne ventilation. Vu que l'air chaud monte, il doit y avoir des ouvertures sur le dessus du bâtiment - idéalement au point le plus élevé et des ouvertures en bas pour permettre à l'air frais d'y pénétrer - c'est un système de cheminée. Si votre écurie n'a pas d'ouvertures dans le toit, envisagez d'en installer, car il y a risque d'air vicié, poussiéreux et moisi. Cela améliorera également la qualité de l'air, même en hiver, car la zone thermo-neutre du cheval est assez basse, ils s'en tirent beaucoup mieux dans les écuries plus fraîches. De plus, l'air plus frais retient moins d'humidité, ce qui prévient les agents pathogènes en suspension dans l'air. Une façon de refroidir une écurie très chaude est d'arroser de l'eau sur le sol - vous pouvez le faire à l'extérieur des boxes, dans les couloirs. Lorsque l'eau s'évapore, elle refroidit l'air. Dans les pays chauds, l'arrosage au jet d'eau des petites cours crée de petites zones « plus fraîches », ce qui est souvent pratiqué au moins deux fois par jour. Bien sûr, votre cheval peut aussi être refroidi par un tuyau d'arrosage ou une éponge humide.

Travailler les chevaux par temps chaud apporte avec lui un stress physiologique supplémentaire. En plus de transpirer abondamment, respirer profondément et fortement lorsque vous cessez de faire de l'exercice est un signe de stress dû à la chaleur. Les chevaux ont besoin d'environ 2 semaines d'exercice dans des conditions chaudes et humides avant de commencer à s'acclimater. Un taux d'humidité élevé empêche l'évaporation efficace de l'eau et de la sueur, donc une surchauffe est plus probable ici. Il est donc conseillé de faire de travailler tôt le matin, qui est la période la plus fraîche de la journée. Aider les chevaux à se rafraîchir après l'exercice en les épongeant avec de l'eau et un ventilateur placé à proximité pendant ce processus aide à refroidir rapidement les chevaux surchauffés. Si votre cheval commence à trébucher sur des barres ou à ne pas soulever ses pieds pendant l'exercice, il est peut-être temps de s'arrêter et de vérifier s'il est déshydraté. Réduisez la durée et/ou l'intensité de l'effort pendant les journées extrêmement chaudes et si vous devez transporter votre cheval dans un van ou un camion à chevaux, assurez-vous d'une bonne ventilation et prévoyez des arrêts fréquents de « réhydratation » où on donne de l'eau.

Signes de stress dû à la chaleur :

⦁ augmentation de la fréquence respiratoire

⦁ profondeur respiratoire accrue

⦁ faible hauteur d'élévation de la tête

⦁ narines évasées

⦁ apathie (refus de manger ou de boire)



La déshydratation doit être évitée et l'accès en continu à l'eau est toujours conseillé. Vérifiez la déshydratation en pinçant la peau du cou - si la peau ne s'aplatit pas immédiatement, c'est ce qu'on appelle une « tente » et c'est un bon signe de déshydratation. Les chevaux qui travaillent beaucoup peuvent bénéficier d'un supplément d'électrolytes car beaucoup d'électrolytes sont perdus à cause de la transpiration - nous conseillons de consulter un nutritionniste si vous faites beaucoup d'exercice dans des conditions chaudes. Si vous craignez que votre cheval ne surchauffe, la prise de température rectale est un moyen de vérifier s'il respecte la régulation thermostatique. La température est normale à 37,5-38,5°C et ne devrait pas dépasser 38,5°C. S'il atteint 39°C, nous suggérons de refroidir immédiatement avec de l'eau et éventuellement un ventilateur, de donner de l'eau à température ambiante (pas glacée) et d'appeler le vétérinaire en cas de forte respiration ; si les chevaux sont stressés par la chaleur, ne leur donnez pas beaucoup de fourrage peu après la récupération, car la digestion de cette nourriture provoquera plus de chaleur, mais commencez avec une nourriture ou un moût (même avec un peu d’eau sur la betterave levée) car cela peut être appétissant et aidera à la réhydratation des chevaux. 


Pour éviter la déshydratation, il est bien sûr important de veiller à ce que les chevaux aient accès à de l'eau fraîche et propre en tout temps. Ne laissez pas fermenter le foin ou la pulpe de betterave à sucre « trempés » pour éviter les coliquesPurifier son foin à la vapeur est un bon moyen d'augmenter la teneur en eau et d'aider à contrebalancer la déshydratation. La quantité d'eau qui sera absorbée dépendra de la teneur en eau et de la maturité du fourrage à purifier. Earing et ses collaborateurs (2013) ont constaté que la purification à la vapeur augmentait la teneur en eau d'un foin mélangé de luzerne et d'herbe d'oranger de près de trois fois la quantité initiale. 


Bibliography
Geor, R., & Mccutcheon, L. (1998). Hydration effects on physiological strain of horses during exercise-heat stress. Journal of Applied Physiology (Bethesda, Md. : 1985), 84(6), 2042-51.
Geor, R.J., McCutcheon, L.J., Ecker, G.L. and Lindinger, M.I. 2000. Heat storage in horses during submaximal exercise before and after humid heat acclimation. Journal Apply Physiology, 89, 2283 – 2293
Earing, J.E., M.R. Hathaway, C.C. Sheaffer, B.P. Hetchler, L.D. Jacobson, J.C. Paulson, and K.L. Martinson. 2013. The effect of hay steaming on forage nutritive values and dry matter intake by horses. Journal of Animal Science. 91: 5813-5820.
Pritchard, J., Barr, A., & Whay, H. (2006). Validity of a behavioural measure of heat stress and a skin tent test for dehydration in working horses and donkeys. Equine Veterinary Journal, 38(5), 433-438


Related Articles