Accueil / News and Events / En surpoids en sous-poids - quand est-ce un problème ?
En surpoids en sous-poids - quand est-ce un problème ?

En surpoids en sous-poids - quand est-ce un problème ?

Texte par Andrea D. Ellis, PhD, MRSB


Le cycle biologique naturel de presque tous les mammifères qui ont évolué dans des climats tempérés avec quatre saisons implique une période de sous-alimentation pendant les mois d'hiver suivie d'une abondance de nourriture à la fin du printemps et au début de l'été. L'horloge biologique hormonale s'y est adaptée et nous savons maintenant que les chevaux, par exemple, produisent moins d'hormones de l'appétit pendant l'hiver, afin de les protéger de la faim, tandis que les hormones augmentent à la fin de l'été ou au début de l'automne pour les encourager à prendre de la graisse corporelle pour survivre à un hiver rigoureux (Dugdale et al., 2011).

Garder nos chevaux sur un haut niveau de nutrition pendant l'hiver pourrait être contre-productif, surtout s'ils vont prendre du poids pendant les mois d'été sur l'herbe, et qu'ils n'ont pas la chance de le perdre pendant l'hiver. Des études ont montré qu'une réduction de l'ingestion d'aliments pendant l'hiver conduisant à un état corporel juste en dessous de ce que nous pourrions qualifier de ‘bon/idéal’ peut en fait protéger contre les conditions métaboliques sous-jacentes qui contribuent au développement de la fourbure.


Ainsi, tout excès de poids de l'été devrait être perdu pendant la période hivernale. Ceci peut être réalisé en continuant à retourner l'herbe le plus longtemps possible et non pas en augmentant automatiquement la nourriture en hiver ou en mettant beaucoup de couvertures. Le fourrage devrait être nourri au besoin pour maintenir le poids corporel avec un supplément vitaminique minéral de bonne qualité. Pour vérifier les besoins, faites analyser votre fourrage et consultez un nutritionniste.

En surpoids ?

Si vous avez un cheval qui mange beaucoup, limiter sa consommation d'aliments tout en essayant d'augmenter l'exercice est la meilleure option. L'auteur conseille généralement les consignes suivantes :

Remplacer et/ou augmenter, remplacer, réduire (Ellis, Unequi Ltd):

1) Remplacer : d'abord remplacer les concentrés par du fourrage
Augmenter : faire de l'exercice, doucement et lentement au fil du temps

2) Remplacer: – puis remplacez le fourrage à haute énergie par du fourrage à basse énergie - par exemple, le foin coupé plus jeune par du foin coupé plus tard ou même mélangez un peu de  paillettes (un guide peut être la mesure des glucides hydrosolubles dans votre fourrage)

3) Réduire: réduire l'ingestion de fourrage - il peut s'agir de lui mettre sur de la mauvaise pâturage ou de pâturage en bandes pour réduire l'ingestion d'herbe ou même mettre son cheval dans une carrière de sable ou dans une grange ; il est important de réduire la consommation de fourrage conservé, tout en aidant les chevaux à passer suffisamment de temps sur le comportement en matière d'alimentation. Ici, une mangeoire lente peut vous aider. Ne réduisez le fourrage sous la valeur recommandée de 2 % de la masse corporelle (MC) en matière sèche (MS) que si le 1 et le 2 n'ont pas donné de bons résultats. Il peut être conseillé de consulter votre vétérinaire à ce sujet. Les recommandations les plus récentes sont de ne pas réduire l'ingestion de fourrage en deçà de 1,25 % de la MC en MS (Harris et al., 2017).

N'oubliez pas d'introduire tout nouvel aliment pour animaux (par exemple de la paille) très lentement sur une période de plusieurs semaines. Certains chevaux évitent de manger de la paille, ce qui ralentit aussi leur régime alimentaire. Évitez la perte de poids très rapide, faites-le doucement - allouez 3 semaines entre chaque étape. Une partie de la graisse corporelle interne peut être décomposée, ce qui est difficile à voir de l'extérieur.

En sous-poids ?

Certains chevaux, cependant, perdront leur poids corporel plus rapidement pendant l'hiver et ont besoin de beaucoup de « entretien » pendant l'hiver. Particulièrement les chevaux âgés, par exemple, ont besoin de soins particuliers en hiver. Si la perte de poids est inattendue ou inhabituelle, consultez toujours un vétérinaire et faites un bilan de santé rapide (dents, vers, etc.). Les chevaux plus âgés peuvent avoir besoin d'être examinés pour des troubles métaboliques. Permettre l'accès ad libitum au fourrage et améliorer la qualité du fourrage est un premier pas à franchir. Veillez également à ce que les dents soient contrôlées régulièrement. Chez les chevaux plus âgés, les problèmes dentaires ou les pertes de dents peuvent faire en sorte que le fourrage ne soit pas bien mâché et, dans ce cas, l'alimentation du fourrage haché et le mouillage du fourrage peuvent aider. Les chevaux qui sont juste un peu plus difficiles à garder du poids, peuvent bénéficier d'une petite alimentation en plus du fourrage. Les granulés de luzerne, qui contiennent encore certains aspects de la qualité du fourrage, peuvent être une étape utile avant de passer aux concentrés contenant du sucre et des amidons. La pulpe de betterave sucrière imbibée doit être alimentée à un taux d'inclusion de 2 kg maximum d'aliments humides (imbibés dans un rapport d'environ 4 d'eau pour 1 de granulés, ou selon les recommandations du fabricant). L'ajout d'huile végétale d'environ 100 ml peut également aider à maintenir la condition. Parfois, passer du foin à un enrubanné de bonne qualité peut suffire pour aider à maintenir le poids corporel.

Le principal message à retenir est donc le suivant : ne vous inquiétez pas d'une petite perte de poids « naturelle » de vos amis équins en hiver et compensez pas immédiatement par une alimentation plus élevée. Pour les chevaux âgés ou lorsque la perte de poids ne s'équilibre pas, consultez votre vétérinaire et un nutritionniste.

Références :
Argo, Curtis, Grove-White, Dugdale, Barfoot, & Harris. (2012). Weight loss resistance: A further consideration for the nutritional management of obese Equidae. The Veterinary Journal, 194(2), 179-188.
Dugdale, A.H.A., Curtis, C., Cripps, P., Harris, P.A., Argo, C.McG., 2011. Effect of season and body condition on appetite, body mass and body composition in ad libitum fed pony mares. The Veterinary Journal 190, 329–387.
Harris, P.A., Ellis, A.D., M.J.Fradinho, A.Jansson, V.Julliand, N.Luthersson, A.S.Santos and I. Vervuert. 2016. Feeding conserved forage to horses: recent advances and recommendations; Animal Science, Animal (2017), 11:6, pp 958–967
Lindberg JE 2013. Feedstuffs for horses. In Equine applied and clinical nutrition (ed. RJ Geor, PA Harris and M Coenen), pp. 319–331. Elsevier, Amsterdam, The Netherlands.
Longland AC, Byrd BM. 2006. Pasture nonstructural carbohydrates and equine laminitis. J Nutr;136. 2099S–2102S.
Ringmark S, Roepstorff L, Essén-Gustavsson B, Revold T, Lindholm A, Hedenström U, Rundgren M, Ögren G and Jansson A 2012. Growth, training response and health in Standardbred yearlings fed a forage-only diet. Animal 7, 746–753.

Related Articles