Une longueur d'avance ? Comprendre les différences entre le foin et l'enrubanné

Une longueur d'avance ? Comprendre les différences entre le foin et l'enrubanné

Texte : Nutritionniste équine Briony Witherow BSc MSc RNutr. FHEA 

Étant donné que la croissance de l'herbe est saisonnière et que les besoins de nos chevaux ne le sont pas, nous devons avoir un moyen de préserver l'herbe pour assurer un approvisionnement constant toute l'année. Voilà pourquoi l'invention du foin au début du premier millénaire a changé le monde. Cela nous permet également de faire face à la production animale au 21ème siècle où de nombreuses exploitations sont petites et ont plus d'animaux que de terres disponibles pour le pâturage, une situation bien trop familière pour les propriétaires de chevaux!

Il existe deux principales méthodes de conservation du fourrage : la fermentation contrôlée où le taux de pH est réduit à un niveau où la croissance des bactéries cesse, ou la déshydratation, où la teneur en humidité est réduite pour diminuer l'activité microbienne.

Le foin est un exemple de fourrage conservé par déshydratation - le principal défi que pose la conservation du fourrage de cette façon est qu'il nécessite une longue période de temps sec pour produire, alors que l'enrubanné est un exemple d'herbe conservée par fermentation contrôlée (tout comme l'ensilage).

En règle générale, lorsqu'on considère la digestibilité d'un fourrage, plus l'herbe devient mature, plus le rendement potentiel est élevé, mais plus la digestibilité est faible (car elle contient plus de lignine). Bien que l'herbe très jeune à l'état de croissance soit beaucoup plus digeste, si le foin ou l'enrubanné était récolté à ce stade, les rendements seraient très faibles. Il y a cependant un point entre ces deux étapes où un équilibre peut être trouvé entre la digestibilité et le rendement.

Alors, qu'est-ce qui se cache derrière les différences ?

Méthode de préservation

Comme nous l'avons mentionné précédemment, bien que les deux soient des produits d'herbe conservés, ils sont persévérés par des méthodes différentes. Par la suite, le foin conservé par déshydratation a une teneur en matière sèche beaucoup plus élevée (teneur en humidité plus faible) de plus de 80 %, comparativement à un enrubanné typique dont la teneur en matière sèche se situe entre 40 et 60 %.

Couper, sécher, botteler

Bon nombre des différences entre le foin et l'enrubanné sont attribuables au processus de conservation. Ces fourrages sont aussi généralement coupés à des moments différents. Le foin a tendance à être récolté entre la fin mai et la fin juillet, les dates de coupe pour les prairies plus naturelles étant probablement encore plus tard. Par contre, l'enrubanné a tendance à être coupé plus tôt dans la saison (généralement avant la mi-juin). Il est essentiel que la teneur en humidité de l'enrubanné soit suffisante pour faciliter la fermentation complète, ce qui rendra difficiles les coupes ultérieures (plus lignifiées).

Pour les deux types de fourrage, le moment de la coupe dépendra aussi en fin de compte des lieux (altitude, exposition, climat), les cultures situées à des altitudes plus élevées étant coupées plus tard que les cultures situées plus bas.


Il est courant de voir le fourrage annoncé décrit par «  la coupe » - tôt ou tard, premier ou deuxième - et il est essentiel d'être capable de comprendre les implications potentielles de ce fait lorsqu'on prend des décisions d'achat.

Au sens le plus grossier du terme, une coupe tardive ou précoce signifie que l'herbe est coupée plus tôt dans un état plus végétatif qui est généralement plus digeste, ou plus tard dans un état plus mature qui est généralement plus fibreux et moins digeste.


La première ou la deuxième (ou même la troisième) coupe fait référence à la première récolte ou à une coupe subséquente dans un champ particulier. Il s'agit généralement de graminées cultivées de manière plus intensive, qui sont coupées une fois (généralement très tôt en mai), puis laissées pendant 30-45 jours et ce qui est repoussé est ensuite coupé à nouveau (en juillet).

Le message clé ici est que c'est la maturité de l'herbe qui est le facteur nutritionnel le plus influent dans le choix du fourrage. Comme la maturité des espèces de graminées peut varier, la qualité et la valeur nutritive réelle du foin « coupé tôt », par exemple, dépendrait en grande partie des connaissances et de la compréhension de la personne qui le produit.

Alors que le foin nécessite une période de séchage minimale de 3 jours (dans des conditions optimales, environ 30 heures d'ensoleillement), l'enrubanné ne nécessite que 1 à 2 jours. La réalité au Royaume-Uni est que la plupart des foins sont séchés au champ pendant une semaine ou plus, ce qui entraîne des risques de pertes (respiration et lessivage physique), le nombre moyen de périodes appropriées dans le sud de l'Angleterre étant de deux à trois par an, ce qui souligne les difficultés que nous pouvons rencontrer en essayant de trouver un foin de haute qualité.

Le foin est bottelé lorsqu'il contient de 65 à 80 % de matière sèche, comparativement à l'enrubanné à 45 à 50 % de matière sèche, et le niveau de matière sèche peut également varier selon la taille et la forme des bottes.


Une fois bottelé, l'enrubanné doit être emballé dans un délai de 4 à 6 heures pour éviter toute dégradation inutile. Il est essentiel que le scellage obtenu lors de l'enrubannage soit étanche à l'air (généralement 6 à 8 couches de plastique) - si l'air peut pénétrer dans la balle, les moisissures peuvent se développer. L'absence d'air (milieu anaérobie) est impérative pour arrêter l'activité microbienne.

Le processus de conservation du fourrage par fermentation s'appelle l'ensilage. Au cours de ce processus, les bactéries lactiques fermentent les glucides hydrosolubles (WSC ou water soluble carbohydrates, en anglais) en acides organiques dans des conditions anaérobies. Au cours de ce processus, le niveau de pH passe d'environ 6 à 4, ce qui arrête les anaérobies nuisibles, stabilise le produit et, ce faisant, préserve le fourrage. En tant que tel, les WSC et la teneur en eau sont essentielles au processus d'ensilage, l'absence de l'un ou l'autre pouvant causer une fermentation incomplète. Le processus est considéré comme terminé au bout de 3 à 6 semaines environ, lorsque la fermentation des WSC a cessé en raison d'un taux de pH faible ou d'un manque de sucres ; à ce stade, la température chute à la température ambiante et le produit est stable.

Stockage et nourrir

Comme le foin n'est pas emballé, il devrait être entreposé dans un endroit sec et bien aéré qui permet de garder les bottes hors du sol. Comme l'enrubanné est emballé ou en sac, il peut être entreposé à l'extérieur.

Traditionnellement, on laisse sécher le foin pendant quelques semaines avant de le donner à manger, mais si le taux d'humidité le permet (plus de 86 % de matière sèche), on peut le nourrir directement sur le champ. Au Royaume-Uni, comme les conditions ne permettent pas toujours de réduire suffisamment la teneur en eau avant le bottelage, il est préférable d'attendre 4 à 6 semaines avant de nourrir les animaux avec, pour s'assurer que l'activité microbienne résiduelle a cessé.

Si le foin est stocké correctement, il peut être nourri après plusieurs années, mais il ne sera pas aussi nutritif qu'il l'était lors de la fenaison. Il peut également être poussiéreux et, le cas échéant, doit être trempé (10-20 minutes) ou purifié à la vapeur avant d'être nourri. Le foin mal entreposé est souvent impropre à l'alimentation des chevaux.


L'enrubanné doit fermenter, il ne doit donc pas être nourri immédiatement après avoir été bottelé et enrubanné. Le temps de séchage varie en fonction de l'humidité et de la teneur en WSC de l'herbe au moment de l'enrubannage, mais un bon guide est de 6 semaines.        Le scellement de l'enrubanné interrompt simplement l'activité microbiologique de sorte que les bottes doivent toujours être vérifiées avant l'ouverture et, une fois ouvertes, doivent être utilisées dans les 3 à 6 jours (selon le type d'enrubanné et le moment de l'année).



Il convient de noter que la purification à la vapeur à haute température peut contribuer à prolonger cette « durée de conservation ».

Le produit fini

Il n'y a pas de règles strictes et rapides qui peuvent être appliquées lorsqu'il s'agit de prédire l'aptitude d'un foin par rapport à un enrubanné. Il n'est pas possible de généraliser que le foin a une valeur nutritionnelle inférieure à celle de l’enrubanné, ni de dire que l'enrubanné est toujours plus faible en WSC par rapport au foin. La raison en est qu'il existe une grande variation dans le produit final, due à divers facteurs environnementaux. Pour n'en nommer que quelques-uns, les niveaux de nutriments dans toute culture fourragère (foin ou enrubanné) varient selon le stade de croissance (maturité), l'heure de la coupe, l'espèce d'herbe, la fertilité du sol et l'intensité lumineuse. Ainsi, même les cultures fourragères prélevées dans le même champ peuvent varier si elles sont coupées à différents moments de la journée. De même, la maturité de la culture joue un rôle important - une coupe tardive (plus mature au moment de la coupe) peut être moins digeste qu'une coupe précoce. En fin de compte, c'est pourquoi nous dépendons souvent de l'analyse du fourrage pour un guidage plus précis.

L'une des différences les plus notables lorsqu'on compare un foin et un enrubanné est la teneur en matière sèche, le foin ayant une matière sèche beaucoup plus élevée que l'enrubanné. C'est cette teneur élevée en matière sèche qui présente la plupart des inconvénients associés à l'alimentation du foin. La teneur élevée en matière sèche signifie en fin de compte que ce fourrage est plus riche en particules respirables comme la poussière et les spores. Traditionnellement, c'est la raison pour laquelle l’enrubanné a été choisi de préférence au foin lors de l'alimentation des chevaux de performance, en raison de la perception d'une hygiène supérieure.

La forte teneur en matière sèche du foin apporte également l'un de ses plus grands avantages. Avec peu d'humidité pour diluer les nutriments qu'il contient, le foin peut souvent être nourri à des volumes réduits par rapport à l'enrubanné, car une grande partie du poids ajouté à l'enrubanné est simplement de l'eau.

Un enrubanné qui contient 50 % d'humidité et de matière sèche contient essentiellement des éléments nutritifs dilués, ce qui signifie que vous auriez besoin de nourrir 1,5 fois le poids de cet enrubanné, par rapport à la plupart des foins. Ceci peut être en contraste avec ce que beaucoup pensent de l'enrubanné - la perception commune étant que l'enrubanné est plus « riche » que le foin et qu'il a donc besoin d'être nourri en plus petites quantités. Bien que l'enrubanné puisse certainement être plus riche ou plus digeste que le foin (coupé à un stade moins avancé), ces nutriments sont dilués. Ainsi, pour répondre aux besoins minimaux en fibres, il faut souvent donner plus de kilogrammes d’enrubanné qu'il n'en faut pour le foin.

Le taux d'humidité plus élevé de l'enrubanné peut amener la plupart des gens à supposer que ce produit fourrager ne contient donc pas de particules respirables, mais ce n'est pas vrai. Bien qu'à un niveau inférieur à celui du foin, les enrubannés contiennent des particules respirables (bactéries et moisissures), de sorte qu'ils ne sont pas automatiquement plus hygiéniques que le foin. Tout comme le foin, l'enrubanné peut être purifié à la vapeur pour améliorer la qualité hygiénique.

L'alimentation fourragère au 21e siècle

En l'absence d'une fenêtre météorologique suffisante pour la production, le foin devient une culture moins attrayante. Cette situation, conjuguée à la facilité relative de l'enrubanné, pourrait faire en sorte qu'il soit difficile de se procurer du foin de bonne qualité à l'avenir. Il existe aujourd'hui de nombreux producteurs spécialisés dans la production de foin et d'enrubanné pour chevaux destinés exclusivement à l'usage équin - ces producteurs ont souvent une meilleure compréhension de ce dont nous avons besoin pour nos chevaux et peuvent donc faire des produits plus adaptés et d’une qualité plus constante.



L'invention des purificateurs à vapeur nous a donné plus de flexibilité dans l'alimentation du foin en particulier. D'une qualité parfois douteuse, l’étuvage permet de nourrir ces fourrages avec une hygiène nettement améliorée, alors que dans certains cas, ils n'étaient peut-être pas propres à l'alimentation. L'introduction de la purification à la vapeur n'aurait pas pu tomber à un meilleur moment compte tenu des défis auxquels nous sommes confrontés dans la production de foin.

Prise de décision

Le choix du fourrage ne doit pas seulement être basé sur le type de fourrage qui convient le mieux, mais aussi sur le fourrage que vous pouvez vous procurer de manière fiable et de bonne qualité constante.

Comme le fourrage devrait constituer la majorité de la ration de votre cheval, il est essentiel d'en savoir un peu plus sur la provenance du fourrage et sur les questions à poser au fournisseur pour s'assurer que nous prenons les meilleures décisions alimentaires.

Enfin, une fois que vous avez pris votre décision, n'oubliez pas de bien faire la transition d'un fourrage à un autre, même s'il s'agit d'un autre lot de foin ou d'enrubanné. On rapporte que les changements dans le fourrage entraînent un plus grand risque de coliques que les changements dans les aliments comme des granulés, par exemple.

MS – Matière sèche
WSC – Water Soluble Carbohydrate (glucides hydrosolubles)

Références :
Harris, P.A., Ellis, A.D., Fradinho, M.J., Jansson, A., Julliand, V., Luthersson, N., Santos, A.S., Vervuert, I. (2017) Review: Feeding conserved forage to horses: recent advances and recommendations. Animal: An International Journal of Animal Science, 11 (6): 958-967
Leggatt, P., and Moore-Colyer, M.J.S (2013) The effect of steam treatment on the bacteria, yeast and mould concentrations in haylage for horses. Proceedings of the British Society of Animal Science. Nottingham UK, April 2013
Muller, C.E. (2012) Impact of harvest, preservation and storage conditions on forage quality. In: Forages and grazing in horse nutrition, EAAP, Volume 132
Muller, C.E., Nostell, K., and Brojer, J., (2015) Microbial counts in forages for horses – effect of storage time and of water soaking before feeding. Journal of Equine Veterinary Science, 35 (7): 622-627

Related Articles